MARDI 6  JUIN  18H  REUNION PUBLIQUE NARBONNE    PALAIS DU TRAVAIL salle des fêtes    MARDI 6  JUIN  18HREUNION PUBLIQUE NARBONNE

 

Dans la page : 1 dépollution du site de Malvési, 2 les déplacements en narbonnais, 3 affaire d'eau...

Dépollution du site de Malvesi.

        Nous sommes partie prenante du mouvement citoyen, s’interrogeant sur le procédé technique ( Thor) choisi par la direction d’Areva pour engager la nécessaire dépollution de ce site.

          

Notre démarche repose sur quatre exigences :

   - s’informer et informer

   - organiser, susciter, participer à tout débat public en souhaitant qu’il soit contradictoire

   - réaffirmer la préservation de l’entreprise et des emplois

   - peser pour obtenir une dépollution du site la plus « vertueuse » en termes de respect de l’environnement et de santé des salariés et des populations

site comurhex

  Nos initiatives :

    - en janvier, nous avons organisé à l’Atelier Populaire une rencontre citoyenne, animée par un représentant de l’association environnementaliste Rubrésus qui a joué son rôle d’alerte sur ce dossier.

   - suite à cette initiative, nous avons adressé un courrier

               - au Maire de Narbonne pour lui demander d’exiger des autorités préfectorales un moratoire sur la décision de la direction d’Areva et de mettre en place un débat public et contradictoire dans notre ville

                 - et au syndicat CGT de l’entreprise Comurhex pour le rencontrer afin de connaître le point de vue des salariés

 - en février, nous avons participé et nous sommes intervenus dans le débat organisé à la Médiathèque par Rubresus et le collectif COVIDEM.

 - en avril, nous avons été présents et à l’écoute du conseil municipal extraordinaire sur cette question, où se sont exprimées les associations Rubresus et Eccla qui ont exposé des techniques alternatives ( la direction d’Areva invitée était absente )

Notre positionnement

Xavier Verdejo l’a résumé ainsi lors d’une intervention en février dernier :

     1) Nous sommes attachés à l’existence de la Comurhex

     2) Nous partageons l’inquiétude que fait naître le projet Thor

     3) Nous réaffirmons la nécessité du traitement des déchets cumulés depuis 50 ans sur le site

     4) Nous proposons un moratoire afin qu’à la suite d’une enquête- étude qui pourrait être menée par un labo compétent et indépendant, d’une consultation des salariés et d’un vaste débat public et citoyen, nous puissions y voir plus clair et choisir le procédé le plus fiable, le plus respectueux de l’environnement et de la santé des travailleurs et des populations...

 

Déplacements en Narbonnais.

Réflexion des communistes narbonnais : dautres choix simposent(octobre 2016)

Depuis des années, les problèmes de circulation ne cessent de saccentuer dans notre ville comme sur le territoire de lagglomération. Cest notamment une des conséquences dune urbanisation, réalisée sans cohérence, ni vision davenir, obligeant des populations à recourir à la voiture pour le moindre déplacement

Et depuis deux ans, ils sont aggravés par une scandaleuse lenteur dans la prise de décision et daction de la réparation du pont du Carcassonne dont on entrevoit à peine aujourdhui, du moins dans les propos des décideurs, un engagement dun début de solution !

Mais au-delà de la réouverture à venir et nécessaire de cet accès essentiel à la ville, dautres dispositions complémentaires simposent.

Or ces derniers mois, les décisions prises par lAgglo ne vont pas dans ce sens.

 

Cest le cas pour la portion de l’autoroute entre les deux sorties narbonnaises (2,5 km!) dont nous demandons, depuis longtemps, une action pour obtenir sa totale gratuité.

Plutôt que dengager une telle démarche, les municipalités précédentes ont préféré négocier un type dabonnement permettant à certains salariés de bénéficier de trajets gratuits.

Mais, lAgglo a décidé den diminuer le nombre, réduisant ainsi une gratuité déjà limitée.

rocade gratuite 1

 

Que l’on ne nous dise pas quil est impossible de peser sur Vinci, propriétaire de lautoroute, à un moment où il bénéficie de lEtat de nouvelles autorisations daugmentation des tarifs ! En outre, à terme, cette portion dautoroute simposera logiquement comme la rocade Sud

On ne va pas attendre 30 à 40 ans - comme pour la réalisation de la rocade Est - pour sen préoccuper !

 Il en est de même pour les transports en commun.

Lors des dernières municipales, la liste que nous soutenions proposait une maîtrise publique de ces transports par le biais dune régie intercommunale.

Lannée dernière, à linitiative de lunion locale Cgt, se tenait une réunion - débat, animée par un vice-président de lagglomération du Mans qui démontrait, expérience à lappui, la nécessité de cette maîtrise publique à travers la mise en place dune société déconomie mixte, permettant dassocier élus, salariés, usagers à la conduite de ce service.

Mais de cette maîtrise publique, quelle quen soit la forme, lagglomération narbonnaise nen veut pas : cet été, elle a reconduit la délégation de service public à la société Kéolis dont la gestion avait pourtant posé problème dans le passé.

Cette « nouvelle » délégation se décline par une augmentation des tarifications   ( + 20% pour le ticket journée, + 28% pour le carnet de dix tickets), par une réorganisation contestée de certaines lignes car décidée sans une consultation préalable des usagers et par une dégradation des conditions de travail et de vie des chauffeurs (selon des témoignages personnels qui nous ont été envoyés)

On est loin du choix daller vers une gratuité pour une meilleure efficacité en termes de fréquentation, de sécurité, de fluidité…, principe sur lequel se sont développés, depuis des années et avec succès, les transports publics des agglomérations de Châteauroux-Métropole ou du Pays dAubagne !

 Quant à la réouverture de la ligne ferroviaire Narbonne - Bize, il ne suffit pas de lévoquer uniquement lors des campagnes électorales.

En juillet, lors de létape narbonnaise des Etats généraux du rail, nous avons interpellé le vice-président du conseil régional, chargé des transports et de la mobilité.

Nous lui avons démontré toute lutilité dune telle ligne pour décongestionner la circulation dans cette partie du territoire.

Dommage que le président de lAgglo nait pas entendu sa réponse car il na fait que passer lors de cette réunion !

Retenons lengagement de la Région : elle est prête à participer financièrement à toute étude de faisabilité sur ce projet.

Quest-ce quon attend alors pour la mener ?

 

L’eau au cœur de l’action des communistes :

intervention des communistes de Moussan ( septembre 2015 )

 Nos camarades communistes narbonnais ont récemment dénoncé par voie de presse l’augmentation constatée sur les factures d’eau à Narbonne, où les usagers sont desservis par Véolia.

La situation des Moussanais et autres habitants des villages desservis par la régie publique du Grand Narbonne mérite aussi qu’on y regarde de plus près.

 Là où les usagers narbonnais ont vu apparaitre de nouvelles contributions de 20 € hors taxes pour l’Agglo, nous usagers de Moussan desservis par la régie publique du Grand Narbonne avons vu :

- L’abonnement annuel passer de 30 à 60 € hors taxes,

- L’apparition d’une part fixe annuelle de 20 € hors taxes sur l’assainissement.

Cela représente au total une augmentation fixe de 50 € hors taxes par rapport à l’année précédente.

 L’augmentation de nos abonnements est 2,5 fois supérieure à celle de Narbonne.

Par ce choix, c’est la gestion publique, avec ses tarifications plus basses, qui est sanctionnée!!

 Ces abonnements sont de la fiscalité cachée injuste.

Un locataire d’un studio avec le RSA comme seule ressource, est soumis, avec sa facture d’eau, aux mêmes abonnements c’est-à-dire au même niveau de taxation qu’une famille à revenu aisé, habitant une villa avec piscine!

 D’un côté, le Gouvernement fait du battage médiatique sur la baisse des impôts, focalisant l’attention des citoyens sur leur avis d’imposition sur le revenu.

De l’autre, l’augmentation de la TVA, la mise en place de nouvelles contributions par l’Agglo constituent des impôts « cachés » qui font que depuis avril 2014 et à consommation constante (40 m3 par semestre), le montant total TTC de la facture est passé de 157,71 € à 197,10 € soit + 39%... alors que le prix hors taxes du mètre cube d’eau n’a augmenté « que » de 9,85%.

 Nos factures d’eau sont bien plombées par la fiscalité.

 Les investissements les plus lourds (stations d’épuration, réseaux de canalisations…) sont pris en charge financièrement par la collectivité.

La Droite, le PS, le PRG n’ont rien dit sur le besoin de financement pour poursuivre ces investissements indispensables dans le secteur de l’eau ni sur la baisse des dotations de l’Etat que nous avions été seuls à dénoncer durant la campagne des élections départementales.

Pour les trois années 2015, 2016, 2017, les baisses cumulées des dotations de l’Etat s’élèveront à près de 5 millions d’euros pour l’Agglo!

 La réalité est là: d’un côté moins d’argent de l’Etat, de l’autre, de nouvelles taxations injustes frappent les habitants de l’Agglo, et donc de Moussan.

A quel moment le représentant du village à l’Agglo a-t-il dénoncé cette situation ?

Moussan, le 14 septembre 2015.